Idées reçues sur l’égalité professionnelle F/H dans la Fonction Publique

mercredi 16 novembre 2022


Ci-joint le tract de l’UFSE-CGT "Je vote pour des instances et des représentant∙es du personnel au service de l’égalité entre les femmes et les hommes !"
Ce 4 pages participe à la déconstruction des idées reçues sur l’égalité dans la Fonction Publique.

Alors que les mouvements réactionnaires distillent des fausses informations sur les chiffres de l’égalité et que le gouvernement et le patronat poursuivent la récupération de la cause féministe pour donner l’illusion qu’elle est une priorité, un peu de vérité s’impose !
Dans la Fonction publique d’État, hors militaires, les femmes représentent 63 % des agent∙es.
Les 3,5 millions d’agentes de la fonction publique sont-elles protégées de ces réalités ?
La Fonction publique d’État est-elle exemplaire en termes d’égalité ? Eh bien NON !


CARRIÈRE - RÉMUNÉRATION
L’individualisation des rémunérations, l’augmentation des contractualisations seront toujours défavorables aux femmes.
Les maternités pénalisent les carrières des femmes, sous différentes formes (temps partiel, congé parental, réduction des heures supplémentaires) avec un effet sur les rémunérations, mais également l’accès aux promotions. Alors que 63 % des agent·es de la Fonction publique sont des femmes, seules 42 % des catégories A+ sont des femmes. Sur les nominations de l’encadrement supérieur, seules 33 % sont des femmes.
Les inégalités salariales sont de 19 % dans la fonction publique.
Ces inégalités sont dues à :
• Des temps non-complets et temps partiels majoritairement occupés par des femmes
• Des métiers féminisés dévalorisés
• Des primes moindres et injustes
• Des carrières hachées
• un accès aux avancements et promotions inégalitaires (le plafond de verre)
Il faut appliquer la loi sur l’égalité salariale qui prévoit un salaire égal pour un travail de valeur égale !

TEMPS DE TRAVAIL
82,3 % des postes à temps partiel ou non complet sont occupés par des femmes. 34 % des femmes sont à temps partiel contre 12 % des hommes. 96 % des congés parentaux sont pris par des femmes. Par ailleurs, 1 enfant sur 3 n’a pas de place de crèche ou chez une assistante maternelle.

PÉNIBILITÉ AU TRAVAIL
La pénibilité au travail ne se limite pas au port de charges lourdes, à l’exposition au bruit, aux intempéries ou aux produits dangereux, liés aux métiers dits lourds et essentiellement masculinisés.
Les femmes, largement majoritaires dans des métiers qui impliquent un travail relationnel sont plus exposées au stress et au travail émotionnel que les hommes. Les agentes dans les 3 versants de la fonction publique subissent des contraintes de rythme de travail plus fortes que l’ensemble des salarié·es.

RETRAITE : NIVEAU DES PENSIONS
Les inégalités tout au long de la vie professionnelle active ont forcément et mathématiquement un impact négatif sur le calcul des pensions des femmes ! En 2021 à l’Etat, les femmes partent à la retraite avec une pension inférieure de 14 % aux hommes. L’écart global de pensions entre les femmes et les hommes s’élève même à 40 %.
L’égalité salariale rapporterait 11 Mds de cotisations supplémentaires en 2023 et comblerait le déficit au nom duquel le gouvernement veut reculer l’âge de la retraite.

Chaque mission de service public contribue à une société féministe et égalitaire. Casser les services publics c’est faire reculer les droits des femmes.

Votons pour la CGT pour l’égalité au travail et dans la vie !

Documents joints