RDV salarial du 06 juillet 2021 - Pas d’augmentation générale - Catégories C : des revalorisations !

jeudi 8 juillet 2021


Communiqué CGT, FA, FSU, Solidaires suite à la "Conférence sur les perspectives salariales”, rdv salarial de la Fonction Publique du 6 juillet 2021 et "power-point" présenté lors de cette conférence.

Diaporama de présentation complet (pdf 5,7 Mo)
Dernières diapos : "Mesures 2022" et "Prochaines étapes" (pdf 2,3 Mo)


À RETENIR
Le point d’indice restera gelé.
Quelques mesures pour les plus bas salaires sont à noter. Quelques-unes des revendications portées par la CGT pour les personnels les moins rémunérés ont été prises en compte.
Reste à s’assurer que les annonces se traduisent rapidement par des textes règlementaires applicables rapidement .... et sans mauvaises surprises (c.f. inversions de carrières avec grilles PPCR) !

Catégorie C (voir diapos ci-après et le projet de nouvelles grilles ci-contre)
- les indices minimum des plus petits grades seront relevés
pour le grade C2 : IM 338 contre 334 et pour le grade C1 : IM 337 contre 332
- la durée totale dans le grade sera réduite :
pour le grade C2, 20 ans contre 25 ans et pour le grade C1, 19 ans contre 25 ans
- Bonification d’ancienneté d’un an exceptionnelle au 1er janvier 2022
(le tout représentant au final une augmentation maximale de 85 euros net mensuel)

> Pour mémoire et pour comparer : Catégorie C : grille de salaire modifiée au 1er avril 2021 (décret du 08.04.2021)

Contractuels
- augmentation des salaires des contractuels "pour s’assurer qu’ils sont tous au-dessus du Smic”.

Revalorisation et harmonisation des taux de promotion des corps "type" B et C
(voir diapo ci-après)

Les prochaines réunions concerneront :
- le déroulement des carrières,
- l’égalité salariale entre les femmes et les hommes,
- la structure des rémunérations (indemnitaire, indiciaire),
- la situation des agents contractuels.

Le Communiqué CGT, FA, FSU, Solidaires :

"Conférence salariale : l’absence inacceptable de mesures générales"
Lors de la réunion sur les salaires des agentes et agents des trois versants de la fonction publique, la ministre a annoncé certaines mesures qui, sous réserve d’un examen approfondi, peuvent être considérées comme des avancées même si elles sont très insuffisantes.
Les dispositions concernant les bas salaires et celles pouvant conduire à des carrières moins longues notamment vont dans le bon sens bien que parcellaires.
C’est bien au compte des mobilisations et de notre action déterminée et continue qu’il faut mettre ces points positifs.
Cependant, les déclarations de la ministre du matin parlant de 40 à 100 euros mensuels d’augmentation relèvent de la manipulation.
Ceci posé, au nom du gouvernement, la ministre a confirmé son refus du dégel de la valeur du point d’indice comme de toute augmentation générale.
Nos organisations condamnent la poursuite de cette politique d’austérité dont les effets sont dévastateurs pour le pouvoir d’achat des personnels.
Sans revalorisation forte et urgente de la valeur du point, sans mesure générale, les salaires et les carrières continueront de se dégrader de manière aggravée et les inégalités entre les femmes et les hommes ne pourront être résorbées.
Les syndicats CGT, FA, FSU, Solidaires prennent date dès aujourd’hui. Ils n’acceptent pas cette absence d’augmentation générale pourtant indispensable à une véritable reconnaissance des qualifications et de l’engagement des agentes et des agents de la fonction publique.
Ils ont d’ores et déjà prévu de se revoir pour préparer les indispensables mobilisations de la rentrée.

MESURES 2022 - Quelques diapos du support de présentation de la conférence :





Articles publiés par Le Monde avec AFP :

"L’exécutif va augmenter de 40 à 100 euros net par mois les fonctionnaires de catégorie C
Cette augmentation concerne 1,2 million de fonctionnaires de cette catégorie la moins bien payée dans les trois fonctions publiques. Le point d’indice, gelé depuis plus de dix ans, n’augmentera pas.

"Le gouvernement débloque 250 millions d’euros pour augmenter les fonctionnaires les moins bien payés"
Lors d’une conférence de presse, tenue à l’issue de la réunion avec les syndicats, la ministre a expliqué que "l’augmentation générale de 1 % du salaire de tous les fonctionnaires reviendrait à dépenser deux milliards d’euros (dont 900 millions d’euros pour ceux qui sont employés par l’Etat). Mais pour les agents de catégorie C, cela ne représenterait qu’une augmentation de quatorze euros net par mois. Le choix ciblé du gouvernement se traduira donc par une revalorisation bien supérieure pour eux, et une enveloppe moins importante pour l’Etat : 250 millions d’euros. Chacun pour ses agents, la fonction publique territoriale et les hôpitaux devront appliquer les mesures annoncées mardi."

Documents joints