Accueil > Les Ministères > Les services Environnement > UFE > Agence française pour la biodiversité (AFB) > AFB : bilan de la mobilisation du 9 mai au pôle « mer » de l’AFB à (...)

AFB : bilan de la mobilisation du 9 mai au pôle « mer » de l’AFB à Brest

mardi 14 mai 2019

A l’occasion de l’appel unitaire à la grève le 9 mai pour défendre la Fonction Publique, les personnels de l’Agence française pour la biodiversité ont manifesté devant leurs locaux du port de commerce à Brest.

A l’heure où le président Macron annonce une augmentation de 50% des aires protégées, dont des aires marines, pour contrer le déclin de la biodiversité mis en évidence dans le rapport de l’IPBES présenté en début de semaine, les agents du futur Office français de la biodiversité1 dénoncent, en plus du manque de reconnaissance du personnel et de l’insuffisance des moyens, un problème de cohérence du prochain établissement vis-à-vis de la mer.

Une partie de ces agents a d’abord défilé dans les rues de Brest avec le cortège intersyndical, muni d’une banderole géante où l’on pouvait voir les logos barrés de l’AAMP2, puis de l’AFB et du pôle « mer » de Brest, suivis de la mention : « Locaux et personnel bientôt disponibles ». Deux banderoles semblables ont été déployées sur les façades des bâtiments de l’AFB, situés au quai de la Douane et au quai Eric Tabarly. Une quinzaine d’agents se sont ensuite rassemblés sur le trottoir face à leurs bureaux et ont distribué des tracts aux passants. Enfin, ils se sont retrouvés en salle pour échanger et débattre sur le sort préoccupant de leurs services dédiés au milieu marin à l’approche de la fusion dans l’OFB.

Une des conséquences prévisibles de cette fusion est d’augmenter la précarisation des agents sous contrats temporaires, qui travailleront encore plus en bouche-trou, pour quelques mois. Les agents contractuels sur des postes permanents ne seront par épargnés, puisque leur « quasi-statut » ne les protège pas d’une mutation forcée, voire d’un licenciement, en cas de réorientation des priorités de l’établissement. L’avenir s’annonce plutôt sombre également pour les fonctionnaires en détachement, qui servent souvent de variables d’ajustement lors d’une telle réorganisation.

Lire la suite des documents en téléchargement.