Le 16 juin, la santé c’est l’affaire de tous !

jeudi 11 juin 2020

Après les applaudissements, la mobilisation continue…

Depuis plus d’un an, les personnels de la santé, du médico-social, toutes catégories confondues, sont mobilisés pour exiger plus de moyens pour mieux travailler au service de la population notamment les plus fragiles. Plus de moyens matériels et humains, une reconnaissance de leur métier et de leur qualification sur le bulletin de salaire. Durant des mois, ils et elles ont été souvent raillés voire ignorés par les pouvoirs publics. Le gouvernement a plus souvent critiqué l’organisation du travail et le temps de travail pour masquer sa propre responsabilité dans une gestion uniquement budgétaire des politiques de santé depuis plusieurs décennies (en 1980 il y avait en France 11 lits d’hôpital pour 1000 habitants, on n’en compte plus que 6).

Non, la santé n’est pas un coût mais un investissement !

Lors du lancement du SEGUR de la santé, le 1er ministre annonce vouloir garder le cap. Alors que le gouvernement devrait prendre en considération l’ensemble des questions qui sont posées autour des problèmes de santé et de son financement, il est à craindre que ce SEGUR soit une imposture. Comment faire confiance à un gouvernement qui s’est régulièrement contredit sur les stocks de masques et qui laisse les salarié.es travailler sans protection, avec du matériel inadapté ou en nombre insuffisant. Il est temps d’en finir avec les discours compatissants, mais sans lendemain, et de passer aux actes.

Les organisations syndicales paramédicales et médicales AMUF, SNIP CFE-CGC, CGT, FO, SUD et UNSA, les collectifs Inter Urgences, Inter Hôpitaux, le printemps de la psychiatrie et la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et des Maternités de proximité appellent les personnels et les usager•e•s à se mobiliser le 16 juin pour une journée d’action nationale d’initiatives et de grève (*).

La FNEE-CGT appelle ses organisations et les personnels
à s’inscrire dans la mobilisation sous toutes ses formes pour :

- La revalorisation de la valeur du point d’indice et des salaires de tous les personnels et la reconnaissance des qualifications dans tout le secteur public,
- Plus de moyens pour les services publics et pas pour les groupes privés lucratifs qui profitent grassement des fonds publics, des aides et des baisses d’impôt sans contrepartie,
- Un plan de formation pluridisciplinaire et un plan de recrutement de personnel de santé,
- Le renforcement des moyens financiers significatifs pour les établissements de santé,
- L’arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits,
- De réelles mesures qui garantissent l’accès, la proximité et l’égalité de la prise en charge pour la population sur tout le territoire.

La meilleure des reconnaissances pour tous les professionnels des établissements du sanitaire, du médico-social et du social, et plus largement de tout le secteur public, c’est que ce gouvernement ENFIN prenne en compte l’ensemble des revendications.

Toutes et tous ensemble, le 16 juin pour la santé et le progrès social !

(*) L’UFSE-CGT a déposé un préavis de grève pour le 16 juin

Documents joints