Accueil > Les Ministères > Les services Environnement > UFE > Agence française pour la biodiversité (AFB) > Le colloque national des aires mal protégées : de hautes ambitions et plein (...)

Le colloque national des aires mal protégées : de hautes ambitions et plein de poudre aux yeux

lundi 4 novembre 2019

Le Colloque national des aires marines protégées (AMP), organisé tous les 4 ans depuis 2007, s’est tenu à Biarritz du 22 au 24 octobre, dans le cadre fastueux du Grand Casino de cette ville balnéaire et bourgeoise. Mais derrière les dorures et les paillettes, se cache une bien triste réalité pour les quelques 500 représentants des gestionnaires, des scientifiques, des associations, des usagers et de l’Etat, venus élaborer la stratégie de la France pour la prochaine décennie. La CGT-Environnement ne pouvait y assister sans dire tout haut ce que tous les participants investis pensaient tout bas : sans plus de moyens humains alloués par l’Etat, toute stratégie un peu ambitieuse pour les milieux marins est vouée à l’échec.

Lors de l’ouverture du colloque, le Directeur de l’Eau et de la Biodiversité au MTES, M. Thierry Vatin, s’est félicité que le budget de son ministère augmentera de 850 M€ en 2020 et que 37 postes seront créés dans les parcs naturels marins (PNM).

Certes, cela semble de prime abord une bonne nouvelle. Mais il ne s’agit en réalité que d’une remise de peine pour les agents du futur Office français de la biodiversité, dont les PNM font partie : si l’OFB a obtenu un sursis pour l’année de sa création, elle rejoindra bientôt la tendance des autres établissements du MTES, avec 70 à 80 suppressions de postes programmées d’ici 2022.

Rappelons que, comme le dénonce le collectif « Make notre ministère great again » depuis plusieurs mois, le Ministère a perdu des centaines de postes chaque année depuis 5 ans et ce sont près de 5000 postes qui vont être supprimés d’ici 2022 dans ses services centraux et territoriaux et ses établissements.

Cela n’a pas empêché notre fringant président de la République d’annoncer fin mai, « en même temps » qu’il sabrait les services publics concernés, que la France va créer 10% d’aires protégées en pleine naturalité (un concept soumis à des interprétations trompeuses).

Lire la suite du communiqué en téléchargement.