Accueil > Les Ministères > Les services Environnement > ADEME : démantèlement de la convention et de l’accord ARTT

ADEME : démantèlement de la convention et de l’accord ARTT

vendredi 1er février 2019

« Les propositions me paraissent équilibrées et permettraient de garantir un pacte social renouvelé favorable ».

Voilà ce qu’ose écrire M. LEROY dans son flash.

Curieuse conception du « pacte social favorable » où nos acquis majeurs disparaitraient. C’est une destruction de nos acquis collectifs et une dégradation de nos conditions de travail qui s’annoncent, sans précédent depuis la création de l’agence.

Cela fait 1 an que nous sommes en « négociation » avec la direction tous azimuts : organisation du travail, qualité de vie au travail et prévention des RPS (risques psychosociaux), salaires, politique de rémunération, convention de travail.

La direction s’est engagée à nous donner le bilan de l’ensemble de ces négociations le 12 février prochain.

Nous constatons que celle-ci n’a que faire des organisations syndicales puisqu’elle n’a pas attendu ce délai pour adresser à tout le personnel son flash du 18 janvier contenant par ailleurs des imprécisions et de graves erreurs, apportant ainsi de l’incompréhension et de la confusion pour le personnel, et mettant les organisations syndicales devant le fait accompli.

C’est inacceptable !

Tout d’abord, pour rétablir quelques faits, nous n’avons jamais proposé une augmentation de salaire de 20 % pour le COMEX voire le CODIR. Un rêve de M. LEROY peut-être ou un lapsus révélateur ?

Concernant le forfait jours, nous apprenons dans ce flash que le volontariat serait proposé pour les cadres autonomes mais imposé pour les embauches externes et les mobilités internes. Une minorité de « cadres non autonomes » ne serait pas concerné et resterait au badgeage, d’où l’instauration d’une ADEME à deux vitesses.

Le forfait jour c’est l’exploitation sans limite des salariés : plus de RHD, plus de bornes horaires, et de nouvelles suppressions de postes à la clé. C’est la fin des 35 heures.

A la clé, une carotte : non pas une augmentation de salaire pérenne mais une simple prime de passage au forfait jours versée en 2 fois (en 2020 et en 2021).

Lire la suite du communiqué en pièce jointe.